Hacked By Yuriz MA


L’absence de prédateur local de ce parasite introduit d’Argentine explique son développement dans certaines régions : foyers détectés dans l’Hérault et près de Hyères-les-Palmiers. Soyez vigilant pour éviter tout développement catastrophique pour nos palmiers centenaires.

JPEG - 54 ko
Paysandisia archon vu de dessus.
Cliquez pour agrandir

Le parasite

Le papillon évolue sur les palmiers des milieux naturels argentins, uruguayens, paraguayens, et des états du sud du Brésil. Il est mineur dans son milieu naturel, mais préoccupant en Europe.

Il s’est développé suite à une introduction accidentelle en Espagne, en France et en Italie. Ceci a donné lieu à des contrôles douaniers renforcés lors des importations par la direction régionale de l’agriculture et de la fôret.

La chenille, de couleur blanche, peut atteindre 8 cm de longueur.

L’adulte est un gros papillon dont l’envergure peut atteindre 11 cm. Les ailes antérieures sont vert olive, les ailes postérieures colorées de taches blanches et noires sur fond rouge orange.

Le cycle biologique varie de 1 à 2 ans en fonction de la durée des stades larvaires : plus de 10 mois pour un cycle annuel, plus de 18 mois pour un cycle de 2 ans. Le papillon sort de fin mai à octobre.

JPEG - 45 ko
Paysandisia archon vu de dessous.
Cliquez pour agrandir

Ce parasite ne s’attaque qu’aux palmiers. La chenille provoque d’importants dégâts : perforation des palmes, trous et galeries sur la base des palmes, dessèchement des palmes, puis dépérissement du palmier. Sur les jeunes plantes, on détecte facilement de la sciure.

JPEG - 263.8 ko
Paysandisia archon : les différents stades du cycle.
Cliquer pour agrandir

Comment lutter

En cas d’infestation, joindre le Service régional de l’alimentation et la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles. Paysandisia archon est un organisme de quarantaine contre lequel la lutte est obligatoire.

Une détection précoce est fondamentale pour sauver un palmier et aussi ses voisins.

Des mesures prophylactiques sont recommandées :
.vérifier l’état sanitaire des plantes au moment de l’achat,
. broyer et brûler les déchets de taille,
.détruire et brûler les palmiers morts infestés,
.pose de filets anti-grêle blancs en cas de forte contamination pour éviter l’extention du foyer sur les palmiers sains,
. protéger les blessures et les plaies de taille avec un mastic.
. l’Inra de Montpellier a mis au point un Biopalm, film collant à pulvériser sur les feuilles récentes et qui dissuaderait les femelles de pondre.

Quels traitements chimiques ?
. par application d’un insecticide systémique, perfusé dans le stipe, qui permet au produit d’être véhiculé par la sève brute jusqu’aux feuilles. Les larves meurent en l’ingérant. Il convient de couper les inflorescences pendant la période de traitement pour éviter de tuer les insectes pollinisateurs,
. par pulvérisation d’un insecticide de contact pour tuer le papillon, mais il est difficile de cibler la période exacte pendant laquelle évolue cette forme libre du parasite.
Dans tous les cas, bien demander conseil en magasin pour acheter les produits homologués pour ces usages sur palmiers. Sur les palmiers âgés, donc très hauts, il convient de faire appel à un professionnel équipé et formé pour appliquer ces traitements.

Quels traitements biologiques ?
Des essais sont en cours, l’efficacité n’est pas toujours bien établie, mais surtout il peut être difficile pour le jardinier amateur de mettre en oeuvre et de suivre ces traitements, il est préférable de faire appel à un professionnel agréé et le coût financier est à considérer.

Si vous pensez avoir repéré un palmier infesté, ou tout un foyer, appelez les services concernés afin de prendre les mesures adaptées dans les plus brefs délais. N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre mairie, seule une lutte collective permettra de venir à bout des nouveaux parasites qui représentent une menace mortelle pour de nombreux palmiers.

Pour en savoir plus sur les différents moyens de lutte possible, se reporter à notre article sur les maladies et ravageurs des palmiers.

Pour en savoir plus, suivez aussi ce lien