Hacked By Yuriz MA


Avec l’aide d’un paysagiste inspiré, Monsieur Hervé (83-Le Pradet), qui connaît visiblement son métier, le propriétaire a fait de ce lieu son petit paradis, dans un style raffiné qui rappelle celui des jardins italiens.

Un terrain très en pente, en bord de mer, sont deux contraintes qui auraient pu donner le pire des résultats. Mais tout l’art du paysagiste passe ici par la mise en place d’un subtil enchaînement de terrasses, les restanques, qui ordonnent le jardin en espaces qui développent chacun une ambiance particulière.

En haut, près de la maison, piscine et coin repas permettent de profiter pleinement de la vie en extérieur, à l’ombre d’un énorme eucalyptus, que certains auraient voulu abattre, mais finalement conservé après un sérieux élagage. De cette terrasse, la vue est superbe sur l’entrée de la rade de Toulon.

On apprécie la vue plongeante sur les aménagements rigoureux de la terrasse inférieure, avec l’eau comme fil conducteur : calade de galets, grand bassin rectangulaire, pergola.

JPEG - 86.8 ko
Calade vue du haut du jardin.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 79.7 ko
Cliquez pour agrandir

JPEG - 78.5 ko
Allée de briques séparant 2 massifs.

JPEG - 87.7 ko
Grand bassin vu du haut du jardin.
Cliquez pour agrandir

Devant le perron, deux vieux lauriers-sauces ont été rabattus jusqu’au sol, pour être recépés. Avec succès, car de nombreuses branches sont reparties du pied. Une taille patiente et méticuleuse a fait le reste, pour obtenir deux grandes pyramides végétales, habile transition entre la maison et le jardin. L’entretien est maintenant réduit à une taille au printemps, une autre en fin d’été.

JPEG - 96 ko
Laurier-sauce en pyramide.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 68.6 ko
Hellébore pourpre.
Cliquez pour agrandir

Des touffes d’hellébores donnent de la couleur, devant la fenêtre de la cuisine, en plein hiver. Elles se ressèment partout, ce qui donne des hybrides aux couleurs de fleur changeantes, entre le blanc et le pourpre.

JPEG - 32.5 ko
Hellébore blanche.
Cliquez pour agrandir

Face à une autre fenêtre, une idée intéressante dont on peut s’inspirer. Sous un arbre, où l’enchevêtrement des racines et la concurrence pour l’eau rendent souvent aléatoire toute autre plantation, la difficulté est contournée par l’utilisation d’une série de pots horticoles très simples, enterrés jusqu’au col. L’esprit des lieux est respecté par une disposition régulière. Chaque pot est rempli d’un bon terreau qui permettra à des annuelles de fleurir jusqu’à l’automne.

JPEG - 42.6 ko
Pots horticoles sous un arbre.
Cliquez pour agrandir

Coulant en fontaines, dans des bassins, l’eau assure une présence forte. C’est l’occasion d’élever carpes et poissons rouges, au milieu de plantes aquatiques. Entre Provence et Italie, cette eau, vivante, donne tout son esprit au jardin.

JPEG - 9.4 ko

JPEG - 8.1 ko

JPEG - 5.1 ko

JPEG - 8.2 ko

JPEG - 7.9 ko

JPEG - 8.1 ko

La restanque du haut voit une partie de son mur orné d’une fausse grotte, qui donne un air baroque à l’endroit. Deux phoenix (P. canariensis) ombragent le grand bassin rectangulaire.

JPEG - 80.5 ko
Descente vers la terrasse intermédiaire.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 88.7 ko
Rocaille à l’arrière du bassin.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 97.7 ko
Rocaille avec arums...

JPEG - 109 ko
et fougères (capillaires).
Cliquez pour agrandir

Sur un côté du même mur, un appareillage d’ardoise, de galet, de brique donne un ensemble très strict.

JPEG - 77.8 ko
Fontaine, calade et buis taillés.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 75.2 ko
Détail de la calade.
Cliquez pour agrandir

Plus loin, une autre utilisation intelligente du mur de soutènement du premier niveau du jardin, sous la forme d’une ramade, recouverte de citronniers palissés qui profitent de la chaleur rayonnante du mur.

JPEG - 100 ko
Ramade palissée de citronniers.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 102.5 ko
Citronniers en pleine production.
Cliquez pour agrandir

Cette couverture de citrons colorés, odorants en plein hiver, est encadrée par deux haies basses formelles, pittosporum d’un côté (P. tenuifolium), buis joliment travaillé de l’autre.

JPEG - 110 ko
Allée sous la ramade
Cliquez pour agrandir

JPEG - 111.4 ko
Haie de buis taillés devant la ramade.
Cliquez pour agrandir

Les fleurs roses d’une bordure de bergénias annoncent le printemps proche.

JPEG - 80.7 ko
Bordure de bergénias.
Cliquez pour agrandir

On oublie souvent que les agrumes, notamment les citronniers, se palissent très facilement, ce qui permet de les cultiver dans des endroits plus frais que de raison, si on dispose d’un mur orienté plein sud. Encore une évocation de l’Italie, ou des orangeries des châteaux de la Renaissance.

JPEG - 101.9 ko
Citrons palissés : détail.
Cliquez pour agrandir

Devant la pergola, un parterre de vivaces entoure un autre petit bassin, et quelques pierres ruinées guident le regard jusqu’au bout de l’allée.

JPEG - 81.4 ko
Massifs devant la ramade.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 51.4 ko
Poissons rouges au pied de la rocaille.
Cliquez pour agrandir

Le charme du jardin passe également par les diverses façons de traiter le sol, tantôt pavage de pierre ou de brique, tantôt gravillon roulé marron, surtout pas blanc, et une belle calade de galets.

JPEG - 67.4 ko
Galets
Cliquez pour agrandir

JPEG - 59.7 ko
Briques
Cliquez pour agrandir

JPEG - 64.7 ko
Pierres
Cliquez pour agrandir

JPEG - 86 ko
Galets
Cliquez pour agrandir

Divers escaliers assurent les liaisons entre les terrasses.

JPEG - 73.2 ko
Escalier pierre et bois.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 52.7 ko
Autre escalier.
Cliquez pour agrandir

C’est l’occasion de découvrir l’imposant travail réalisé au niveau des murs qui soutiennent le poids des terrasses.

JPEG - 83.9 ko
Vers les terrasses basses : mur impressionnant.
Cliquez pour agrandir

L’utilitaire fait suite à l’esthétisme, en passant aux niveaux inférieurs, cultivés en fruitier et en potager.

Les murs sont vite recouverts d’une végétation spontanée, comme le nombril de Vénus (Umbilicus pendulinus), aux feuilles rondes charnues, capable de supporter les périodes de sécheresse, des fougères ailleurs.

JPEG - 62.8 ko
Fougères à feuillage persistant.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 103.7 ko
Mur de Nombril de Vénus.
Cliquez pour agrandir

Au détour d’un escalier, l’Aeonium arboreum, plante grasse, éclaire l’hiver de ses inflorescences jaunes.

JPEG - 71.5 ko
Aeonium arboreum : fleurs.
Cliquez pour agrandir

JPEG - 54.4 ko
Aeonium arboreum : feuillage.
Cliquez pour agrandir

Les endroits les plus frais et ombragés du bas du jardin sont envahis par une population d’acanthes (Acanthus mollis) spontanées, qui assurent une transition naturelle avec la végétation "sauvage" qui coule ensuite jusqu’à la mer.

JPEG - 67.6 ko
Acanthe : détail de la feuille.
Cliquez pour agrandir

L’association du minéral, du végétal et de l’eau, donne tout son charme à ce jardin. Les plus petits détails, maîtrisés, personnalisés, suffisent souvent à donner son âme à un lieu. Un exemple réussi.