Hacked By Yuriz MA


Bien connaître son sol, choisir les plantes en fonction du type de haie souhaitée, donner le maximum de chance de reprise aux végétaux, ne pas omettre l’entretien d’une année sur l’autre, voici quelques règles de base très simples pour obtenir le maximum de sa haie.
Suivez-moi sur Google+
Regardez mon diaporama sur les Haies méditerranéennes pour voir plus de photos

PLANTER EN FONCTION DU TYPE DE SOL

Sol sec : Il faut choisir les plantes en conséquence, sinon se résigner à faire de grosses dépenses en eau. Se reporter à la liste de plantes donnée en fin d’article.

Sol impropre à la plantation : La seule solution est d’enlever la mauvaise terre sur 50 cm de profondeur et 1 m de large, d’ameublir le fond de la tranchée ainsi créée, et de remplir avec une bonne terre de jardin.

Sol caillouteux : Si pioche et pelle ne suffisent pas en raison de la taille trop grande des pierres, il faudra passer à l’utilisation d’un tractopelle. Il est dans ce cas utile de prévoir ce travail dès la construction d’une maison neuve. Dans le cas d’un jardin déjà existant, un paysagiste équipé de tout le matériel nécessaire fera cela très rapidement.

Il faut noter que la présence de pierres de taille raisonnable est plutôt une bonne chose pour assurer un bon drainage au niveau des racines de la future haie.

Sol trop sableux : Ce sol ne retient pas l’eau. On peut l’améliorer dans une certaine limite en apportant tous les ans des matières organiques bien décomposées. Un paillage en surface sur plusieurs cm d’épaisseur permettra de limiter l’évaporation de l’eau pendant les mois les plus chauds.

Sol trop humide : Il faut dans ce cas poser un drain au fond de la tranchée, en veillant à respecter une pente minimale et à prévoir un point d’évacuation de l’excès d’eau au bout du drain.

JPEG - 149.9 ko
Photinia fraseri ’Red Robin’, un grand classique avec son embrasement printannier.
Cliquer pour agrandir

LARGEUR DE PLANTATION

Pour planter sur un 1 rang : prévoir une tranchée d’1 m de large.
Pour planter sur 2 rangs afin d’obtenir une haie plus dense : prévoir sur 2 m de large.

QUE FAIRE AVANT DE PLANTER

Piocher la tranchée ce qui permet de remuer et d’ameublir le sol, sans retourner la terre. En profiter pour désherber cette zone, soit mécaniquement, soit chimiquement. Apporter un amendement riche en matières organiques bien décomposées, et ratisser en surface pour effectuer un léger enfouissement.

CHOIX DES PLANTES

Il faut respecter les distances légales de plantation. Si la haie ne fera pas plus de 2 m de hauteur, il faut prévoir 50 cm avec la limite de propriété. Si la haie dépassera 2 m de hauteur, la distance légale passe alors à 2 m.

Dans le cas d’un mur mitoyen, les plantations sont possibles des deux côtés, mais les plantes ne doivent pas dépasser le sommet du mur.

Le choix des plantes se fait ensuite par rapport aux contraintes climatiques : les espèces ne seront pas les mêmes au nord et au sud de la France (se reporter à la liste en fin d’article).

Le choix se fait également en fonction du rôle de votre haie : haie dense pour vous cacher, haie épineuse pour vous défendre, haie légèrement perméable pour faire brise-vent, haie fleurie parfumée et/ou mellifère, haie fructifère pour attirer les oiseaux, haie mélangée ou d’une seule espèce ?

JPEG - 310.2 ko
Nerium oleander, le laurier rose incontournable pour son abondante floraison estivale.
Cliquer pour agrandir

QUAND PLANTER ?

La meilleure époque reste l’automne. Les plantes vont profiter de la fraîcheur et des pluies pour commencer à s’enraciner. Au printemps, la reprise n’en sera que plus rapide et vigoureuse.

Un arrosage au goutte-à-goutte ou au tuyau est nécessaire les premières années, pour être sûr de la reprise et du bon enracinement des plantes.

Le principe de l’arrosage est d’arroser beaucoup en une seule fois, mais seulement 1 à 3 fois par semaine selon les périodes de l’année. Ceci obligera les racines à aller chercher l’eau bien en profondeur, les plantes résisteront ensuite beaucoup mieux en cas de stress hydrique ou de canicule.

JPEG - 434.8 ko
Callistemon, une floraison spectaculaire au printemps, il existe des variétés à fleur rouge, rose, blanche.
Cliquer pour agrandir

L’UTILITE DU PAILLAGE

Le paillage consiste à épandre une couche d’un matériau au pied des plantes. Il présente un triple avantage : limiter l’évaporation de l’eau, empêcher le tassement du sol sous l’action de la pluie ou des arrosages, empêcher la croissance des mauvaises herbes.

Le matériau peut être un film plastique spécial, étendu avant la plantation et perforé ensuite aux emplacements choisis pour les plantes. Ce film sera fixé au sol à l’aide d’agraphes ou de fer à béton formé en U. On pourra choisir des matériaux naturels bien sûr plus écologiques : écorces broyées plus ou moins finement, paille, fougères sèches, branches broyées, feuilles mortes, ou un mélange de ces matériaux.

LA PLANTATION

Avant de faire les trous, positionner les plantes pour voir l’effet d’ensemble, en respectant les distances minimales de plantation en fonction de chaque espèce.

Arroser à fond tous les pots. Faire les trous de plantation, en ajoutant un engrais de fond dans le trou pour favoriser la reprise et l’enracinement (type scorie phospho-potassique).

Disposer la motte dans le trou, recouvrir de terre, en faisant éventuellement une cuvette au pied de chaque plante, pour recueillir l’eau.

Arroser copieusement chaque plante de plusieurs litres d’eau pour assurer le tassement naturel de la terre autour des racines.

LE SUIVI

L’arrosage est primordial les 2 premières années, à raison de 2 à 3 arrosages par semaine. Par goutte-à-goutte, il faut prévoir un débit de 10 L/heure, pendant 1 heure.

La durée et la fréquence des arrosages sont à moduler en fonction de la nature du sol.

La taille varie avec le type de haie. S’il s’agit d’une haie libre naturelle, la taille est réduite au minimum, simplement pour couper les branches trop longues ou gênantes, enlever les fleurs fanées, faire en sorte que les différentes plantes ne se gênent pas les unes par rapport aux autres.
Dans le cas d’une haie très structurée, deux tailles par an sont nécessaires, voire plus selon la vigueur des plantes, une au printemps, l’autre en début d’automne. Une haie stricte doit être taillée tous les ans impérativement, car il est préférable de ne pas tailler de trop grosses branches. La taille est toujours un traumatisme pour le végétal.

L’engrais est apporté tous les ans, sous forme organique à l’automne, et organique ou chimique au printemps et en début d’été. L’engrais organique se dégrade plus lentement dans le sol, il nourrit la plante plus en douceur, et il enrichit les sols pauvres en matières organiques indispensables à la vie microbienne dans le sol.

LISTE DE PLANTES MEDITERRANEENNES RESISTANTES AU SEC

Rhamnus alaternus (alaterne, persistant) Vitex agnus-castus (arbre aux moines, fleuri, caduque) Buddeja (arbre aux papillons, fleuri, parfumé, caduque) Cercis siliquastrum (arbre de Judée, fleuri, caduque) Hippophae rhamnoïdes (argousier, caduque) Crateagus oxyantha (aubépine épineuse, fleuri, épineux, caduque) Alnus cordata (aulne de Corse, caduque) Crataegus azerolus (azérolier, caduque) Anthyllis barba-jovis (barbe de Jupiter, fleuri, persistant) Atriplex halimus (blanquette, persistant) Buxus (buis, persistant) Pyracantha (buisson ardent, fleuri, fruit, semi persistant) Bupleurum fruticosum (buplèvre, fleuri, caduque) Callistemon laevis (rince bouteille, fleuri, persistant) Elaeagnus ebbingei (chalef, parfumé, caduque) Ostrya carpinifolia (charme méditerranéen, caduque) Quercus pubescens (chêne blanc, semi persistant) Quercus ilex (chêne vert, persistant) Cornus (cornouiller, caduque) Coronilla (coronille, fleuri, parfumé, persistant) Cupressus (cyprès, persistant) Paliurus spina christi (épine du Christ, caduque) Acer campestris (érable champêtre, caduque) Acer monspessulanum (érable de Montpellier, persistant) Ficus indica (figuier, fruit, caduque) Phillyrea (filaire, persistant) Euonymus (fusain, persistant) Spartium junceum (genêt d’Espagne, fleuri, parfumé, persistant) Punica granatum (grenadier, fleuri, fruit, caduque) Grevillea juniperina (fleuri, persistant) Grevillea rosmarinifolia (fleuri, persistant) Indigofera (indigotier, fleuri, caduque) Zyziphus (jujubier, épineux, fruit, caduque) Leucophyllum frutescens (fleuri, persistant) Nerium oleander (laurier rose, fleuri, persistant) Laurus nobilis (laurier sauce, persistant) Viburnum tinus (laurier tin, fleuri, persistant) Pistacia lentiscus (lentisque, persistant) Medicago (luzerne arborescente, fleuri, persistant) Acacia (mimosa, fleuri, parfumé, persistant) Myrtus (myrte, fleuri, persistant) Eriobotrya (néflier, fleuri, fruit, parfumé, persistant) Elaeagnus angustifolia (olivier de Bohême, caduque) Caesalpinia (oiseau de paradis, fleuri, caduque) Poncirus trifoliata (oranger trifolié, fleuri, parfumé, caduque) Pistacia terebinthus (térébinthe, persistant) Pittosporum (pittospore, fleuri, parfumé, persistant) Rhus typhina (rhus de Virginie, fleuri, caduque) Rhus viminalis (persistant) Phlomis (sauge de Jérusalem, fleuri, persistant) Tamarix (tamaris, fleuri, caduque) Ligustrum (troène, fleuri, parfumé, semi persistant)

EN SAVOIR PLUS

Nous vous conseillons un excellent livre qui donne tous ces conseils de façon plus précise, et propose 35 concepts de haies en fonction de l’objectif suivi, avec de nombreuses photos :
LA HAIE MEDITERRANEENNE
Daniel Croci, Denis Fraisier, Serge Schall
Collection Pas à pas, Editions EDISUD